AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Manon Lescaut - L'Abbé Prévost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Graphiste
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 29/12/2010
Age : 22
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://auxfrontieresdesmots.eklablog.fr
MessageSujet: Manon Lescaut - L'Abbé Prévost Sam 5 Nov - 10:32

Bonsoir ! J'ai décidé de vous présenter un classique que j'ai lu récemment pour le lycée. On devait choisir une œuvre argumentative du XVIIIème siècle et en faire un compte-rendu de lecture, et c'est donc ce compte-rendu que je poste à la suite (mais je l'ai un peu remanié pour que ça ne paraisse pas trop scolaire et pour ne pas tout dévoiler Wink. J'ai gardé les différentes parties de mon compte-rendu (donc celles que mon prof de français avait posé). Vous l'aurez compris, tout a été rédigé par moi-même ^^







Manon Lescaut

L'Abbé Prévost.
  • Genre : Roman
  • Date de publication : 1731
  • Nombre de pages : environ 180


Éléments biographiques
(Relatifs à la période d'écriture du roman)


    L'Abbé Prévost a une jeunesse tumultueuse. Il étudie chez les Jésuites puis chez les bénédictains, mais ses études sont souvent interrompues par de longues périodes d'errance. Malgré son ordination en 1726, il veut mener une vie libre et mondaine. Vers 1729, il quitte son monastère sans autorisation et s'exile en Angleterre où il se convertit au protestantisme. Il rencontre un important succès là-bas. Mais comme il a une histoire sentimentale avec la fille d'un huguenot, il doit s'enfuir vers la Hollande où il décide de se consacrer à la littérature par le biais des librairies d'Amsterdam. C'est là qu'il rédige Les aventures du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut. Pendant cette période, il vit une passion amoureuse dissolue avec une femme surnommée Lenki.


Résumé


    L'action débute en 1712, à Amiens. Le Chevalier des Grieux va rentrer dans l'État écclésiastique quand il rencontre par hasard Manon Lescaut que ses parents envoient au couvent, pour « arrêter son penchant aux plaisirs ». Tous deux tombent immédiatement amoureux et décident de s'enfuir pour Paris la nuit-même. Plus tard, alors qu'ils n'ont plus beaucoup d'argent, le Chevalier découvre que Manon vend ses services à M. de B..., leur voisin très riche, pour en gagner ; au même moment, son frère vient le chercher et le ramène de force à Amiens où son père l'enferme chez eux pendant plusieurs mois. Après en avoir beaucoup souffert, le Chevalier des Grieux réussit à oublier Manon Lescaut. Il décide de reprendre des études de théologie au séminaire de Saint-Suplice, à Paris, avec son ami Tiberge. Tout se passe pour le mieux pendant un an ; mais à cause, ou peut-être grâce, à un exercice public de théologie, Manon le retrouve et demande de lui pardonner. Les résolutions catholiques vite envolées, le Chevalier fuit Saint-Suplice et s'installe avec elle dans un appartement de Paris. C'est le début de nombreuses aventures passant par tromperies, tricheries, prison et bien sûr amour.



Personnage principal
(Description physique, morale et son évolution au cour de l'histoire)


    Le Chevalier des Grieux a dix-sept ans au début du roman. Issu d'une bonne famille, il veut devenir Chevalier de l'Ordre de Malte. Il est sage, studieux, innocent et n'a alors aucune expérience amoureuse. Mais quand il rencontre Manon Lescaut, il en tombe passionément amoureux et change radicalement. Il quitte le lendemain-même sa famille pour s'enfuir avec son amante. Son ami Tiberge va essayer de l'en empêcher, sans succès. À Paris, le Chevalier va tricher aux jeux afin de gagner de l'argent, en emprunter à ses amis, et être malgré lui complice de duperies. Tiberge va essayer de nombreuses fois de le remettre dans le droit chemin. Malgré cela, il reste selon moi un personnage assez naïf, et son libertinage semble plus « subi » que voulu.
    Au début de l'histoire, le Chevalier n'a que sa famille et Tiberge ; après sa rencontre avec Manon, il va nouer beaucoup d'autres relations : amicales, comme avec M. de T... , de haine comme avec MM. De G...M... qui sont tout deux amants puis dupes de Manon, mitigées avec Lescaut, le frère de Manon qui profite de leur argent, ou encore hypocrites avec Tiberge qu'il ne supporte plus mais dont il fait semblant d'approuver les discours afin de se servir de lui.
    Au cours du récit, donc, le Chevalier des Grieux évolue en s'ouvrant au monde. À la fin, il retournera en quelques sortes à sa situation de départ, en ayant cependant beaucoup changé.




Avis personnel
(Censé être argumenté et illustré, mais pour vous j'ai rajouté quelques explications sur le livre)


    J'ai un avis assez partagé sur cette œuvre.

    L'œuvre est d'abord présentée comme un traité de moral en réalité ironique. Il faut savoir avant de la lire que le Chevalier des Grieux et surtout Manon Lescaut, jeunes et débauchés, représentent en fait l'exemple à ne pas suivre ; que le but du livre n'est pas d'inciter à la débauche mais bien de la combattre en l'illustrant.
    Dans les résumés que j'ai lu avant l'œuvre, Manon Lescaut était décrite comme une femme vénale, qui multiplie les amants et trompe de nombreuses fois le Chevalier. C'est d'ailleurs pourquoi le livre a fait scandale à l'époque. Je m'attendais donc à une femme comme (prenons un exemple tiré d'un autre bouquin que j'ai lu il n'y a pas longtemps ^^) Milady, le personnage que je trouve de loin le plus intéressant des Trois mousquetaires. J'ai été déçue. Mis à part son aventure avec M. de B..., au début, je n'ai pas trouvé les actions de Manon Lescaut réellement choquantes ; et même si elle soutire beaucoup d'argent à M. de B..., c'est ce même argent qui va servir à Manon, au Chevalier et à son frère Lescaut pour vivre. D'une certaine manière, Manon gagne de l'argent et se prend en charge, même si ce n'est pas de la meilleure manière qui soit. De plus, lorsqu'elle fait payer ses services à des hommes, c'est toujours parce qu'elle et le Chevalier n'ont plus d'argent ; il semble que c'est plus subi que voulu (par exemple, au cours du récit ils se retrouvent un moment à la rue sans un son, et son frère la convainc de charmer un homme riche). Alors certes, Manon Lescaut exagère quelque peu, mais ces actions sont difficilement reprochables ; et puis l'argent qu'elle gaspille sans compter est celui qu'elle a gagné, par des moyens qui ne sont pas forcément pire que ceux que le Chevalier des Grieux utilise (si vous lisez, vous verrez bien de quoi il s'agit, je dévoile pas tout x).

    Autre chose : j'ai eu du mal à comprendre si les actions de Manon étaient choquantes pour l'époque ou juste pour le Chevalier (qui connait très peu les femmes), car le point de vue est exclusivement le sien. Ç'aurait été intéréssant et innovant d'avoir le point de vue de Manon Lescaut afin de comprendre clairement les raisons de ses actes au lieu de n'avoir que le point de vue du Chevalier qui se veut pathéthique et accusateur (carrément, il se plaint tout le temps le mec ! Pfff... ).

    Par contre, avec la fin du livre, j'ai deviné pourquoi l'Abbé Prévost avait décidé de zapper l'avis de Manon (c'est vraiment zapper, car les tirades plaintives (et beaucoup trop longues) du Chevalier font disparaître les rares fois où elle se justifie).
    Car le plus gros reproche que j'ai à faire de ce livre est la conclusion qu'il nous laisse ; en effet, la situation finale m'a semblé vouloir dire : ne faites pas comme le Chevalier des Grieux et Manon Lescaut, ne vous abandonnez pas aux vices et à la passion, faites ce qu'ils devaient eux-même faire avant leur funeste rencontre, rejoignez l'Église ! L'œuvre m'a vraiment laissé cette impression, et je me demande bien pourquoi l'Abbé Prévost a écrit un roman aussi complexe pour une morale aussi stupide.


    Dans l'Avis (rédigé par l'Abbé Prévost) qui précède Manon Lescaut, il est écrit : « Outre le plaisir d'une lecture agréable, on y trouvera peu d'évènements qui ne puissent servir à l'instruction des mœurs ; et c'est rendre , à mon avis, un service considérable au public que de l'instruire en l'amusant. ». L'œuvre a donc deux buts : plaire et instruire. Le roman m'a plu car il est intéressant de suivre les aventures des deux amants, souvent tragiques mais parfois comiques comme la scène où Manon Lescaut attrape par les cheveux le Chevalier des Grieux afin de le montrer et le comparer à un prince étranger (la plus drôle du bouquin ^^). Donc si au niveau de l'instruction, l'œuvre m'a peu satisfaite, elle reste néanmoins très agréable à lire.


Revenir en haut Aller en bas

Manon Lescaut - L'Abbé Prévost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoire-de-rever :: Espace littéraire :: Romans ~ la bibliothèque des membres: fiches de lecture :: Les classiques :: Classiques français-
Sauter vers: